Retour sur les coulisses d’une genèse

Dans son ADN, Casadiaa porte l’empreinte personnelle de son promoteur, M. Omar Naciri. Le projet est dicté par des choix de vie : des villas de luxe de plain-pied à Bouskoura, Casablanca offrant aux résidents une intimité totale, à proximité de la nature.

Avec un siècle de différence, Casadiaa ambitionne d’être pour la région de BouskouraNouaceur ce que fut Anfa pour Casablanca sur le plan architectural : une référence dans le luxe sobre et contemporain.

Les racines morales et historiques du projet remontent à 2009. Le développement soutenu de Casablanca a des effets collatéraux. Nuisances sonores et pollution préoccupent les familles, à la recherche d’une vie meilleure. Le dilemme est là : comment vivre en dehors de Casablanca tout en restant proche de ses commodités ? C’est à ce moment-là que M. Omar Naciri, pur casablancais, a une intuition : construire aux abords de Bouskoura, à 12 minutes de Casablanca, un projet de villas de plain-pied, offrant intimité et calme aux résidents et bénéficiant du micro-climat de la forêt de Bouskoura, connue pour ses arbres centenaires d’eucalyptus.

Ingénieur de formation, ayant à son actif une grande carrière professionnelle de premier plan, M. Omar Naciri veut cependant confirmer son intuition de départ. Des cabinets spécialisés planchent sur le sujet, sondant la population cible. Les résultats sont concluants : le besoin, latent, est là ! Le projet peut démarrer. Il portera le nom de « Casadiaa ». « Casa » comme Casablanca et « Diaa » comme la lumière en langue arabe.

Pour autant, M. Omar Naciri ne se contente pas de l’argument-clé de la proximité de la nature, à quelques minutes de la ville de Casablanca, pour lancer son projet. Il veut imprimer à Casadiaa un cachet unique, une signature, dans le prolongement des grandes idées architecturales qui ont marqué le siècle dernier la ville de Casablanca. L’esprit d’Anfa est alors revisité. Casadiaa sera “l’Anfa du XXIème siècle” de la banlieue Sud de Casablanca : un style, une manière d’être et de vivre. Tout est soigné, au détail près. Rien n’est laissé au hasard. Un souci d’élégance, de simplicité et de raffinement, un goût relevé dans le choix des matériaux, le design du mobilier, les espaces de jour comme de nuit, la vie à l’extérieur autour de la piscine et du jardin : les résidents de Casadiaa doivent se sentir chez eux, en toute intimité. Sur un écrin de verdure, le blanc dominera donc sur fond de sobriété architecturale. Ce sera le luxe en toute simplicité. Les architectes conçoivent alors Casadiaa comme un choix de vie pour les futurs résidents et non comme un projet immobilier haut de gamme.

Cachet unique

D’ailleurs et en dépit de la réserve foncière de 40 hectares dont dispose le projet, M. Omar Nacir se refuse d’en faire des lotissements de villas de luxe, entassées les unes sur les autres, dans un immobilier de luxe en trompe l’oeil. Il pense d’abord au confort de ses résidents. Le nombre y est volontairement limité à 246 unités afin de garder son charme au projet. Les villas seront de plain-pied, construites sur des superficies à partir de 800 m2, sans vis-à-vis, ni fenêtre plongeante du voisin. Plus qu’un lotissement résidentiel, Casadiaa est donc imaginé comme un quartier d’Anfa, avec sa verdure, son calme et sa luxueuse intimité, à seulement 12 minutes de Casablanca.

L’année 2008 marque le baptême de feu du projet. Casadiaa I est lancé avec à la clé 61 villas de luxe. Le succès est au rendez-vous. Casadiaa II, livrée dans son intégralité cette année, s’inscrit dans la continuité du projet initial en déclinant les quatre types de villas ayant fait le succès de Casadiaa I. La deuxième tranche bénéficie en plus de nouvelles installations dans l’air du temps. Des innovations qui découlent de l’ADN initial du projet : offrir aux résidents les conditions d’une vie meilleure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Être rappellé gratuitement