Aux abords de la forêt de Bouskoura, à 12 minutes de Casablanca, une « terra nullius » comme disent les Latins : 40 hectares à perte de vue et un écosystème végétal sauvage essentiellement composé d’arbres d’eucalyptus qui remontent à la nuit des temps. Ici, la levée du jour du monde.

Sur ces terres à la lisière de Bouskoura et de Nouacer, Omar Naciri, Président de Naciri Développement, a alors une intuition : construire des villas de luxe de plain-pied pour des familles Casablancaises désireuses de fuir la nuisance sonore et la pollution de la ville-mégapole. Nous sommes en 2006 et la recherche d’une vie meilleure sur fond de montée d’exigence environnementale occupe les esprits des familles et les colonnes des journaux. Ingénieur de formation, grand manager ayant exercé des responsabilités importantes durant sa carrière professionnelle, Omar Naciri y voit une opportunité pour réaliser son rêve. Homme d’expériences, il veut cependant confirmer son intuition de départ. Des études poussées confiées à des cabinets spécialisés, sont menées pour sonder les Casablancais. Les résultats sont concluants : le besoin est là! Une nouvelle lumière éclairera cette « terra nullius » : ce sera Casadiaa. « Diaa » comme la lumière en langue arabe.

Passionné d’architecture, Omar Naciri veut imprimer à sa future « cité » un cachet particulier dans le prolongement des grandes idées modernes qui ont marqué l’architecture de la ville de Casablanca depuis bientôt un siècle. Sur les pas des grands architectes qui ont laissé leur empreinte sur les plus belles demeures de luxe du mythique Anfa, Casadiaa, devra, dans la vision de son promoteur, se distinguer par un style, une manière d’être et de vivre. Tout doit être prévu et soigné, au détail près. Rien ne doit être laissé au hasard. Un souci d’élégance, de simplicité et de raffinement, un goût relevé dans le choix des matériaux, le design du mobilier, les espaces de jour comme de nuit, la vie à l’extérieur autour de la piscine et du jardin : tout est imaginé dès le départ pour que les résidents se sentent chez eux, en toute intimité, dans des villas construites sur des terrains à partir de 800 m². Une superficie que seul Casadiaa est en mesure d’offrir à ce prix autour de Bouskoura.

Les architectes sont alors à pied d’oeuvre pour donner corps à la vision du promoteur et perpétuer l’esprit d’audace et d’élégance de l’âge d’or du Casablanca chic et raffiné. A cette inspiration première, un nouveau vocabulaire en ligne avec la contemporanéité du nouveau siècle est mis en scène: Casadiaa sera pour la région de Bouskoura « l’Anfa du XXIème siècle ». Sur un écrin de verdure, le blanc domine sur fond de sobriété architecturale. Les demeures spacieuses et lumineuses conservent un aspect fonctionnel et simple. Casadiaa verra le jour comme l’aura imaginé son promoteur.

Le projet, prévu sur 10 ans, mobilise un investissement supérieur à un milliard de DH et est réparti en 6 tranches, deux résidences, pour un total de 246 villas de luxe. Objectif : conserver à l’ensemble une taille humaine, loin du gigantisme impersonnel d’autres projets. L’année 2008 marque le baptême de feu du projet. Casadiaa I est lancé avec à la clé 61 villas. Le succès est au rendez-vous sans grand tambour battant, le « bouche à oreille » ayant fait son effet. L’encre du contrat de vente de la dernière villa à peine séchée que les demandes de la tranche II se font déjà jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Être rappellé gratuitement